Suitcase Fusion vient de passer à un niveau supérieur. Trouvez vos polices plus rapidement

Les polices et les ressources numériques, enfin ensemble. Découvrez les nouveautés d’Extensis Connect

Suitcase Fusion est devenu Connect Fonts ; et c’est encore mieux ! Démarrer l’essai

Considérer les polices comme un logiciel facilite leur gestion

Il n’y a rien de tel que de trouver une nouvelle police extraordinaire pour votre projet créatif. La police que vous choisissez donne de la personnalité à votre marque et améliore le message qu’elle partage avec ses consommateurs, mais ce n’est pas tout. Elle aide également à relayer l’information efficacement et clairement.

Mais vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il y a sous le côté artistique ? Qu’est-ce qui fait qu’une police fonctionne ?

Cela pourrait en surprendre certains, mais les polices sont, en fait, un type de logiciel. C’est vrai : derrière les courbes de Book Antigua inspirées de la Renaissance italienne ou les formes classiques et contemporaines de Futura se trouvent de nombreux composants identiques à tout autre programme informatique.

L’un des aspects les plus importants d’une police est sa licence. Comme pour un logiciel, vous ne pouvez pas installer ni utiliser une police sans respecter certaines exigences d’utilisation (appelées contrats de licence utilisateur final ou CLUF). Comprendre ces licences peut vous aider à mieux gérer vos polices à l’avenir, à la fois en tant que contributeur individuel et en tant qu’entreprise.

Qu’est-ce qu’une police ?

Une police est un programme qui indique à une imprimante ou à un programme comment afficher un ensemble de caractères uniques comprenant des chiffres, des symboles, des lettres (minuscules et majuscules) et des signes de ponctuation. Les symboles eux-mêmes sont connus sous le nom de police de caractères, tandis que la police est le logiciel qui communique la police de caractères qu’un ordinateur ou une imprimante doit afficher. Par exemple, Helvetica est une police de caractères, mais Helvetica Bold est la police.

Comme pour les logiciels, vous faites l’acquisition des droits d’utilisation des polices

Faire l’acquisition d’une police, c’est comme payer un abonnement à Microsoft 365 ou à Creative Suite d’Adobe. Vous payez pour les droits d’utilisation de ces programmes, pas pour la composition des programmes eux-mêmes.

Lorsque vous faites l’acquisition d’une police, vous n’obtenez pas la police de caractères réelle. Vous avez accès à un petit programme informatique qui produit une police de caractères dans différents formats.

Les polices et les logiciels sont tous deux sous licence

Ce n’est pas parce que vous avez un logiciel que vous pouvez l’utiliser comme vous le souhaitez. Il en est de même avec les polices. Lorsque vous achetez une police auprès d’une fonderie, d’un revendeur de polices ou que vous utilisez une police via une application, vous êtes invité à accepter un contrat entre vous et le propriétaire du programme de polices, une licence de police. Les conditions d’utilisation de la police sont énoncées dans un contrat de licence utilisateur final ou CLUF.

Chaque police s’accompagne d’une licence. Sans exception. Oui, même les polices gratuites. Et chaque fonderie ou application créative dotée d’une bibliothèque de polices peut avoir une licence légèrement différente. Tout comme pour un logiciel, la licence de police détaille comment une police peut être utilisée, combien de personnes peuvent l’utiliser et si vous pouvez distribuer la police parmi vos employés, entre vous et votre client, ou entre votre entreprise et l’imprimerie.

Incidents courants de licence de police

Comme tant de choses impliquant un langage juridique compliqué, de nombreux professionnels de la création ont du mal à saisir pleinement les tenants et aboutissants de leurs licences de polices. Dans une enquête menée par Extensis, alors que plus de 60 % des professionnels de la création ont déclaré avoir lu leurs licences de polices, près de 80 % ont déclaré que les licences prêtaient à confusion. Bien que la plupart des professionnels de la création n’aient pas l’intention d’user abusivement de leurs polices, ils commettent des erreurs. Et ces erreurs peuvent coûter cher. Ignorer les licences de police en falsifiant une police, en l’utilisant à des fins involontaires ou en la partageant à un nombre de postes inapproprié peut perturber votre flux de travail ou pire, causer des problèmes juridiques ayant une incidence sur vous et votre client.

Voici quelques-uns des types de violations les plus courants des licences de police.

extensis-fons-are-software-img-01

Utilisation d’une police au-delà de ses limites

Les fonderies et autres développeurs de polices conçoivent des polices à des fins différentes. Les conditions les plus générales des accords permettent à un nombre particulier de systèmes d’installer et d’utiliser la police. En outre, il existe des droits spécifiques pour une utilisation numérique et de bureau tels que l’incorporation d’une police dans une application ou un document, ou pour une utilisation dans des circonstances spécifiques. Certaines polices sont spécialement conçues pour l’impression, tandis que d’autres ont été adaptées pour une utilisation sur le Web. Mais ce n’est pas parce qu’une police est adaptée à une utilisation sur le Web que vous pouvez l’utiliser à l’intérieur d’une application téléphonique. L’utilisation de polices pour des projets pour lesquels elles n’ont pas été conçues, comme une police d’impression pour une conception Web, peut causer un véritable désordre dans votre flux de travail. Vous constaterez peut-être que vous ne parvenez pas à adapter correctement la police ou à manipuler convenablement le programme que vous utilisez.

Partage excessif d’une police

Les licences de police incluent toutes un certain nombre de postes, ou prévoient qu’un certain nombre de personnes peuvent installer et/ou partager une police. Il s’agit d’un problème particulièrement difficile à résoudre et qui peut provoquer une réelle confusion au sein d’une entreprise ou entre une entreprise et un client. Si, par exemple, une police nécessite que l’agence et le client détiennent une licence, mais que seule l’agence en acquiert une, une fonderie ou un fournisseur de polices peut intenter une action en justice contre votre client. Et le problème ne vient pas toujours de l’entreprise – les concepteurs ont souvent une trésorerie de polices qu’ils aiment utiliser et conserver avec eux d’un emploi à l’autre. Dans cette même enquête Extensis, 50 % des professionnels de la création ont déclaré apporter avec eux leurs polices personnelles pour travailler, et 80 % ont déclaré qu’ils ne lisaient pas la licence de polices avant de partager leurs polices.

extensis-fons-are-software-img-02

Utilisation de polices obsolètes ou non prises en charge

Les polices, comme les autres logiciels, sont régulièrement mises à jour par leurs développeurs pour corriger les bugs, pour les adapter à de nouveaux usages ou pour les rendre plus efficaces et perfectionnées. Ainsi, bien que vous puissiez disposer d’une licence pour utiliser la version 1 de la police, vous ne disposez peut-être pas de la licence pour la version 4.

La situation est similaire avec les polices non prises en charge. Vous pouvez toujours avoir la police dans votre bibliothèque, mais elle peut ne plus être prise en charge par les applications créatives que vous utilisez, provoquant des problèmes si le programme tente de remplacer une police à votre insu et détruit votre conception. Cela s’est produit dans Photoshop en 2021: après le déploiement de la mise à jour par Adobe, toutes les polices PostScript dans Photoshop ont été marquées comme « manquantes ». Maintenant, avec l’annonce d’Adobe concernant l’abandon de la prise en charge de tous les PostScript de type 1 en janvier 2023, cela pourrait avoir un impact sur des milliers de documents et de projets, car la police ne fonctionnera plus.

Conversion de polices

Il est communément admis que vous ne pouvez pas « pirater » un logiciel et modifier son fonctionnement ou ses performances, que ce soit pour votre usage personnel ou ensuite pour la « revente » (bonjour, le piratage). Il en est de même pour les polices. C’est pourquoi il n’est pas recommandé de convertir une police soit en un type de police différent (de PostScript à OpenType, par exemple) soit entre types d’utilisation (de l’impression au Web, par exemple). Aussi « légitime » que puisse vous sembler un logiciel de conversion, il ne peut pas parfaitement transformer une police PostScript en une police OpenType, ou une police destinée exclusivement à l’impression en une police Web. Il est plus probable qu’improbable que la conversion d’une police génère de légères erreurs qui endommagent l’intégrité de la police, l’amenant à se comporter différemment et à faire des ravages sur vos conceptions. Et pour dire vrai, la conversion de polices viole souvent les accords de licence, vous mettant en danger de répercussions juridiques qui peuvent devenir très, très coûteuses et nuire à la crédibilité de votre entreprise.

Gestion de vos licences de polices

Comme pour les autres logiciels, c’est une bonne idée d’avoir un processus clair en place pour examiner les nouvelles licences de police et contrôler les anciennes pour garder votre entreprise et vos clients au clair. Il est également utile de mettre en œuvre un plan d’action pour gérer les polices qui ne sont plus prises en charge, comme les polices PostScript de type 1 d’Adobe.

L’un des meilleurs outils que vous pouvez avoir dans votre arsenal est un système de gestion des polices, qui peut vous aider à garder une trace de toutes les polices de votre entreprise et de leurs licences, afin que vous sachiez exactement où les polices sont utilisées et que vous puissiez consulter les licences à tout moment. Certains systèmes de gestion des polices, comme Extensis, incluent également des fonctionnalités qui peuvent rapidement trouver la meilleure police de remplacement pour vous faire gagner du temps et maintenir votre flux de travail en mouvement.

Bien qu’il puisse être difficile de jongler avec plusieurs licences de police différentes, il existe des moyens de garder une trace de toutes les nuances et de laisser votre créativité faire le travail, en sachant que vous utilisez une police de la bonne manière.

Nous sommes là pour vous aider à apaiser votre chaos créatif. Contactez un conseiller pour mettre de l’ordre dans vos polices.

 

Parlez à un expert

 

Curieux d’en savoir plus sur la fin du support d’Adobe pour les polices PostScript de type 1 ? Visitez notre Hub PostScript maintenant.