Suitcase Fusion vient de passer à un niveau supérieur. Trouvez vos polices plus rapidement

Les polices et les ressources numériques, enfin ensemble. Découvrez les nouveautés d’Extensis Connect

Suitcase Fusion est devenu Connect Fonts ; et c’est encore mieux ! Démarrer l’essai

Être Vocal : comment Tré Seals change la conversation autour de la typographie

C’est presque comme si Tré Seals était destiné à devenir un concepteur de caractères. Il aime les formes de lettres depuis qu’il est jeune enfant — travaillant diligemment pour faire correspondre son écriture au texte de l’échantillon, vendant des fiches inspirées des graffitis et étudiant l’art classique.

Lorsque Seals a obtenu son diplôme à l’école de conception, il a directement commencé à travailler et a travaillé en tant que temporaire et un pigiste, en accordant un accent particulier sur l’artisanat des identités de marque. C’est au cours d’un tel projet qu’il s’est rendu compte qu’il manquait quelque chose dans le monde de la conception. Bien qu’il y ait eu beaucoup de beau travail, tout semblait venir d’un seul point de vue.

Après avoir lu l’article intitulé « Black Designers: Missing In Action » publié en 1987 par la Dre Cheryl Holmes-Miller, Seals s’est inspiré pour apposer son empreinte sur l’industrie de la conception. En 2016, il a lancé sa propre fonderie indépendante Vocal Type Co.

Si vous pensiez que les polices n’avaient rien à voir avec la culture, détrompez-vous. Toutes les polices de caractères inspirées par le passé de Vocal Type Co. visent à préserver la culture et à diversifier la conception. Chaque police a une histoire incroyable à raconter.

Nous avons rencontré Tré Seals pour en apprendre davantage sur son processus et ce qui l’a amené à consacrer sa carrière à la typographie délibérée.

 

Tre-Seals-Headshot-img-01

Quand as-tu réalisé pour la première fois que tu voulais travailler dans la conception, et qu’est-ce qui t’a amené à concevoir des polices de caractères ?

TS : Je crois fermement que tout arrive pour une raison. Ainsi, lorsque je regarde ma vie, je peux relier les points et voir comment une chose a directement conduit à une autre ou a eu un impact sur une autre. Mon voyage a commencé à l’âge de 4 ans quand on m’a diagnostiqué une tumeur au cerveau. Après l’ablation de la tumeur, le dessin et l’écriture sont devenus mes moyens de faire face à la douleur. Quand j’en avais assez de dessiner, je m’entraînais à écrire en cursive jusqu’à ce que mon écriture ressemble à celle des feuilles d’échantillon. Puis, quatre ans plus tard, une tumeur résiduelle a été trouvée. C’est là que tout a changé.

J’ai cessé de dessiner des joueurs de basket-ball et des planches à roulettes et a commencé à dessiner des photos de Vénus De Milo, colonnes grecques, et David (jusqu’à ce que je réalise que je pouvais gagner de l’argent en faisant ce que j’aimais).

En 5e et 6e année, je graffitais les noms des gens sur des fiches et les vendais pour 3 dollars pièce. J’ai conçu des bijoux en perles, des bijoux Lego™, des tatouages et bien plus encore tout au long du collège et du lycée.

Mais pendant cette période, j’ai aussi commencé un projet personnel de trois ans. Pendant ma dernière année de lycée, j’ai commencé à dessiner ce qui allait devenir la base de ma première police de caractères. Je ne connaissais rien de la conception de caractères à l’époque, mais je savais que j’en serais capable et que je la présenterais au monde un jour. 

 

Dans ta déclaration de mission pour Vocal Type Co., tu évoques des problèmes liés à diverses perspectives de conception. Peux-tu nous dire un peu ce que tu penses de l’homogénéité du secteur et pourquoi nous avons besoin d’une plus grande représentation des concepteurs BIPOC (noirs, indigènes et personnes de couleur) ?

TS : Je pense que tout est assez simple. Lorsqu’une seule race et un seul sexe dominent un secteur, cela crée un manque de diversité dans les personnes, les expériences, les idées et les créations. Par exemple, la plupart des concepteurs (avant 2020) vont à l’université et n’apprennent la conception que du point de vue européen. En conséquence, il est difficile de trouver un travail qui ne soit pas seulement « bon », mais unique. Et d’un point de vue économique, plus notre travail commence à se ressembler, moins notre expertise a de valeur. Une plus grande représentation des BIPOC se traduit par un plus grand nombre de perspectives, de créations uniques et une plus grande valeur de notre industrie.

 

Créer sa propre fonderie constitue un grand pas. Qu’est-ce qui t’a poussé à prendre une décision aussi audacieuse ?

TS : En mai 2015, j’ai obtenu mon diplôme avec sept offres d’emploi allant de postes de directeur artistique dans des startups à un poste de concepteur junior chez Pepsi. J’ai fini par choisir un poste à temps plein dans une agence de recrutement où j’ai travaillé pour 8 ou 9 entreprises pendant 2 ans. J’ai beaucoup appris sur le type de concepteur que je voulais être et sur les types de clients avec qui je voulais travailler. Après cela, je suis devenu indépendante à temps plein et j’ai commencé à me concentrer sur la rénovation de l’écurie qui est aujourd’hui mon studio.

Un jour, je travaillais sur une autre identité de marque pour une autre agence immobilière (j’en ai fait une tonne en tant qu’intérimaire). Comme d’habitude, je cherchais sans but l’inspiration, et tout d’un coup, je me suis vraiment ennuyé. Tout me paraissait pareil. Peu importe sa beauté, tout se ressemblait. Il n’y avait pas de caractère, pas de culture. J’ai commencé à me demander si j’avais choisi la mauvaise carrière. 

Peu de temps après, je suis tombé sur cet article datant de 1987 intitulé « Designers noirs: Disparu au combat » rédigé par la Dre Cheryl Holmes-Miller. Elle y explique que, comme la plupart des secteurs, celui de la conception est dominé par les hommes blancs. Si notre travail (en tant que concepteurs) est de communiquer une idée aux communautés noires, les concepteurs noirs ont besoin de s’asseoir à la table. Et je dis la même chose pour les communautés latines, les communautés féminines, les communautés LGBTQ+, et ainsi de suite. Tout le monde a besoin d’avoir un siège à la table. Le monde continue de devenir de plus en plus diversifié, et l’industrie doit rattraper son retard.

Quelques semaines après avoir lu cet article (2016), Cheryl a publié une suite pour le 30e anniversaire de l’article original, « Black Designers: Still Missing In Action ». Cette version était moins analytique et était sa façon de passer le flambeau à la prochaine génération de concepteur noirs. Elle m’a donné envie de trouver un moyen, en quelque sorte, d’ajouter de la diversité à l’industrie de la concepyion. 

J’ai repensé à ma vie et pensé à cette époque où je pratiquais la cursive, où je graffais les noms des gens sur des fiches, où je dessinais des tatouages, où je créais Unveil ; il était logique de créer une fonderie de polices. 

Et en réfléchissant à la diversité, j’ai dû penser à mes expériences raciales. Comme les fois où j’ai été confronté au racisme et au sectarisme sur le lieu de travail, ou lorsque j’ai été arrêté par quatre flics à Minneapolis, ou la première fois qu’on m’a traité du mot « N », ou la première fois que j’ai été victime de racisme. Cependant, j’ai aussi dû penser à mes expériences raciales positives. Comme la fierté que j’ai ressentie en apprenant sur le Dr King, Bayard Rustin, Eva Peron, Ruben Salazar, Dolores Huerta, Nelson Mandela, et beaucoup d’autres qui ont quitté cette terre mieux qu’ils ne l’avaient trouvée. 

C’est alors que j’ai réalisé que la typographie pouvait être plus qu’un simple outil de conception, mais un outil d’éducation et de partage d’histoires comme celle-ci. C’est pourquoi j’ai décidé d’ajouter un élément de culture minoritaire à la racine de toute grande œuvre de conception graphique : la typographie

Tre-Seals-Typeface-img-02
JAMES Typeface // EVA Typeface // Tré Seals

Beaucoup de nos clients sont des graphistes, donc nous savons combien il est important de trouver la « bonne » police. Avant ou après avoir commencé à concevoir des polices de caractères, as-tu déjà eu un projet créatif où trouver la bonne police était un élément crucial ?

TS : Avant de devenir un concepteur de caractères, trouver la bonne police a toujours changé la donne. Je crois fermement que tout se passe pour une raison. Pour cette raison, je crois que chaque décision de conception devrait avoir une raison. 

Ainsi, lorsque je travaille sur l’identité d’une marque, la couleur, le graphisme et la typographie se combinent pour jouer un rôle rôle énorme dans la narration de l’histoire d’une marque.

 

J’aime la façon dont vos polices de caractères font allusion à l’histoire. Peux-tu me parler un peu de ton processus créatif ? Où puises-tu ton inspiration ? Commences-tu par un programme de création de polices ou sur papier ? À quoi ressemble l’itération dans ton processus ?

TS : Mon processus est composé de 25 % de recherche, 25 % de conception, 25 % de recherche et 25 % de conception au sens large. Cela me permet de voir les choses sous un angle nouveau. Il se peut que je voie quelque chose qui m’a échappé lors de la première phase de recherche et qui s’avère utile.

Le résultat de ce processus implique trois parties à peu près interchangeables. Par exemple, supposons que je souhaite créer une police de caractères basée sur un mouvement particulier. Une fois que j’ai identifié le mouvement, je vais commencer à rechercher des événements spécifiques associés à celui-ci. À partir de là, je vais commencer à chercher une sorte d’éphémère typographique avec lequel plusieurs personnes ont un lien. 

Vous remarquerez peut-être que je ne crée jamais une police basée sur un signe auquel une seule personne est liée. Il peut s’agir d’un signe que des centaines de personnes ont porté ou d’une bannière que dix personnes ont portée. Cela renforce l’importance de l’unité. 

Enfin, j’identifierai un activiste, dont je donnerai le nom à la police, en rapport avec le mouvement et l’événement choisis. Toutefois, le point de départ peut varier d’un projet à l’autre.

Toutes tes polices sont magnifiques, et beaucoup d’entre elles ont été utilisées dans des projets assez uniques. Y en a-t-il qui ont été utilisés d’une manière qui vous a rendu particulièrement fière ?

TS : Martin est sans conteste ma police la plus populaire. Elle a revendiqué un espace en dehors du mouvement des droits civiques et dans le mouvement Black Lives Matter. En 2020, Martin a été utilisée pour tout, des panneaux de protestation aux idées de marques à but non lucratif en passant par les peintures murales dans les rues.

Ensuite, il y a Bayard. Bayard a été inspiré par ce panneau double face peint à la main qui se trouvait à l’extérieur du quartier général de la Marche de 1963 sur Washington pour l’emploi et la liberté. C’est là que le célèbre discours du Dr King « J’ai un rêve » a été prononcé. Pour le Marche virtuelle de 2020 sur Washington, qui a eu lieu à la même date, Bayard a été utilisé pour créer l’ensemble de l’identité de marque, le site Internet, les produits dérivés, la signalisation et les graphiques pour les réseaux sociaux. Pour moi, c’est à cela que ressemble la boucle de l’histoire.

Tre-Seals-Typeface-img-03
BAYARD Regular // MARTIN Regular // Tré Seals

Peux-tu nous parler un peu plus de ton dernier projet ? Sur quoi travailles-tu actuellement ?

TS : Je mets la touche finale à la famille de polices William. William s’inspire de cette série d’infographies conçues par le célèbre auteur, sociologue et activiste W.E.B. Du Bois pour l’exposition universelle de Paris de 1900. Ces infographies décrivent comment l’institution de l’esclavage entravait le progrès de la communauté noire. Il s’agit de ma plus grande famille de polices à ce jour, avec 27 polices au total, trois graisses, trois largeurs, avec italiques assortis et italiques inversés.

Ensuite, il y a Ruby, une famille de polices 3d multicouches inspirée d’une police qui a une histoire assez folle entre la France et les États-Unis et que j’espère sortir en tant que compagnon d’affichage de William.

Il y a aussi Sadao (nom à déterminer), inspiré par l’internement des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, Wang (nom à déterminer), inspiré par une bannière de protestation portée pendant le soulèvement de la place Tiananmen, et je travaille à la refonte de l’image de marque de Vocal avec un tout nouveau site. Il y a beaucoup de choses passionnantes à venir cette année.

 

Peux-tu citer des artistes spécifiques ayant eu un grand impact sur toi, ta vie ou ta carrière ? Comment et pourquoi ?

TS : Scott Thares, Andrea Pippins, Tal Lemming, Gail Anderson, Maurice Cherry et la Dre Cheryl Holmes-Miller ont eu une influence considérable sur la façon dont je conçois et, surtout, sur ma place dans le secteur. 

J’ai fréquenté la Stevenson University et je me suis spécialisée en conception de communication visuelle. Chaque année, le département organisait un programme « Aristocrat’s-In-Residence », dans le cadre duquel un créatif (concepteur, codeur, photographe, etc.) donnait une conférence et animait un atelier de trois jours. En 2014,
l’A-I-R était Scott Thares, propriétaire d’un studio de conception à Minneapolis. Après avoir participé à son atelier et envoyé une note de remerciement, Scott m’a proposé un stage. J’ai sauté sur l’occasion, j’ai déménagé à Minneapolis pour l’été, et j’ai obtenu 65 % de ma formation en conception en 2 mois. Cependant, ce qu’il m’a dit lors de mon dernier jour a eu l’impact le plus important sur ma carrière. Il a dit : « Où que tu travailles, ne sois pas un poignet. » Il a expliqué qu’un poignet est un concepteur dont la créativité (idées, voix, etc.) est contrôlé et censuré par son patron. Il est embauché pour bouger son poignet et rien de plus. 

Maintenant, que Scott soit sorcier ou non, je ne sais pas. Mais depuis ce jour, chaque fois que j’ai occupé un poste de conception où je devenais sans le savoir un poignet, mes poignets commençaient à me faire mal. Et plus je restais, plus la douleur s’aggravait, pour finalement se transformer en canal carpien. Cependant, dès que j’arrivais au terme du contrat ou que je quittais le poste, la douleur disparaissait immédiatement. Je ne peux pas le remercier assez pour ce cadeau (ou malédiction).

Et puis il y a Andrea. Elle était une de mes professeurs à la Stevenson University. Bien que je n’aie pu suivre qu’un seul de ses cours, c’est dans ce cours que j’ai réalisé que la typographie pouvait transmettre des attitudes et des émotions différentes et que concevoir à partir d’un point de vue culturel que la plupart des acteurs de l’industrie de la conception ne comprend pas constitue un avantage. 

Et c’est grâce à elle que Gail Anderson a également été « artiste en résidence » à la SU. Bien que j’aie assisté à sa conférence, je n’ai pas eu l’occasion de la rencontrer avant 2019, lorsque j’ai conçu des graphiques promotionnels pour sa conférence au Washington Post. Elle m’a beaucoup aidé depuis longtemps.

Tal Lemming a également donné une conférence et mis sur pied une exposition à la Steven University. C’était la première fois que je voyais le processus de conception de caractères et tout ce qui s’y rattache. C’est une expérience à laquelle je pense sans cesse lorsque je réfléchis à tout ce qui a conduit à la création de Vocal Type.

Quant à la Dre Cheryl Holmes-Miller, alias « tante », c’est elle qui m’a inspiré à lancer Vocal Type Co. Quand j’ai commencé à en apprendre davantage sur la diversité dans la conception, je suis tombé sur son article publié en 1986 et intitulé « Black Designers: Missing In Action ». Peu de temps après, j’ai lu la suite publiée dans un numéro de 2016 de Print intitulé « Black Designers: Still Missing In Action ». J’ai été tellement inspiré après avoir lu cet article à tel point que je l’ai contactée une semaine ou deux plus tard pour avoir son avis sur l’idée de Vocal Type. Je n’oublierai jamais ce qu’elle m’avait dit : « Tu ferais mieux de le faire avant que quelqu’un d’autre ne le fasse ». Je ne pourrai jamais la remercier assez pour cela. 

Enfin, Maurice Cherry. Lorsque j’ai lancé Vocal, j’avais demandé aux créateurs de couleur et aux concepteurs impliqués dans la diversité et l’inclusion leur avis sur l’idée, et les réponses variaient entre « essaie et vois si ça marche » et « tu n’en sais pas assez sur la diversité et l’inclusion pour faire quelque chose de pareil ». Mais Maurice était différent. Après Cheryl, il a été la première personne à voir la valeur dans ce que je faisais et la première personne à donner à Vocal une véritable presse. Je ne le remercierai jamais assez pour tout ce qu’il a fait.



Tre-Seals-Typeface-img-04
BROOME Sound // WILLIAM Typeface // Tré Seals

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes créateurs débutants ?

TS : Je dirais que les meilleurs concepteurs ne sont pas seulement intéressés par la conception.

Je dirais que tout se passe pour une raison, tout comme chaque décision de conception.

Ne sois pas un poignet.

 

Si tu disposais de 60 minutes supplémentaires dans la semaine, que ferais-tu de ce temps libre ?

TS: Dormir.



Tre-Seals-Typeface-img-05
CARRIE Typeface //  VTC Marsha // Tré Seals

Existe-t-il trop de polices ? Seulement lorsque votre collection dépasse votre contrôle. Heureusement, les concepteurs peuvent utiliser l’auto-activation pour toujours trouver la police dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.