Suitcase Fusion vient de passer à un niveau supérieur. Trouvez vos polices plus rapidement

Les polices et les ressources numériques, enfin ensemble. Découvrez les nouveautés d’Extensis Connect

Suitcase Fusion est devenu Connect Fonts ; et c’est encore mieux ! Démarrer l’essai

Activez votre imagination : la conception de caractères inspirée de Jo Malinis

La conception de caractères est une discipline qui incarne réellement les ensembles de compétences requis tant dans la conception que dans les beaux-arts : une bonne police d'écriture se doit d'être fonctionnelle, même si cela signifie faire des compromis sur l'esthétique. Qu’un concepteur de caractères reproduise une écriture manuelle naturelle ou numérise un alphabet indigène, trouver l'équilibre entre lisibilité et expression artistique peut être un véritable défi.

Jo Malinis est une conceptrice de caractères basée à Manille qui ne fait aucun compromis. Ses polices de caractères sont de superbes exemples d'expression artistique qui sont tout aussi fonctionnelles que belles. Jo pratique également le graphisme, l’illustration et l’identité de marque, en plus d’enseigner au Diliman College of Fine Arts de l'Université des Philippines. Elle est aussi une force pour l’activisme communautaire, avec le lancement d’une police au profit de la communauté des concepteurs de Manille et la fondation de Type63, une plate-forme qui met en valeur la typographie créée par des concepteurs philippins.

Nous sommes venus discuter avec Jo pour en apprendre davantage sur son approche de la conception de polices, le renforcement de la communauté des concepteurs philippins, et ses inspirations.

Jo-Malinis-Headshot-img-01

 
Quand as-tu réalisé pour la première fois que tu voulais travailler dans la conception, et comment t'es-tu retrouvée dans la conception de caractères ?

JM : Mes parents travaillent tous les deux dans des domaines créatifs. Ma mère est éditrice et mon père graphiste. Donc, c’est tout naturel que j'en sois venue à vouloir travailler dans le domaine de la création aussi. Je suis entrée dans la conception après avoir obtenu un diplôme en beaux-arts, puis la conception de caractères a été quelque chose que j’ai découvert par accident dans mon parcours. On m’a confié un projet en studio et j’ai dû créer une police personnalisée pour la marque sur laquelle je travaillais. C’était la première fois que je devais faire ça. Donc, tu vois, je me lançais dans quelque chose sans avoir la moindre idée de comment faire. Et ça a été l’une des meilleures décisions que j’ai prises.

Peux-tu me décrire ton processus de conception de polices ?

JM : Cela commence toujours par l’inspiration et je trouve qu’il est difficile pour moi de travailler sur quelque chose sans inspiration. Je recherche ça d’abord. Ensuite, je complète cela par des recherches. Ensuite, je vais commencer à dessiner, et après, genre, un tas de croquis, c’est là que je commence à faire de la numérisation. J'utilise Photoshop ou Illustrator pour essayer de comprendre les vecteurs avant de passer à Glyphes
pour voir comment je peux en faire une police de caractères réalisable. Et puis après, c’est ce processus de toujours itérer, corriger toutes les formes, et réviser et ajouter toutes les finitions avant d’exporter la police vers une typographie qui soit effectivement utilisable.


Et c'est toujours suivi d'une série de tests. C’est alors que j'ai l'impression d'être dans une boucle sans fin. Mais une fois sortie de cette période, c’est là que j’essaie de créer des documents d'échantillons qui peuvent m'aider à présenter la police de caractères correctement. En fait, pendant tout le processus, je pense à la façon de présenter cette police de caractères, donc ça va toujours de pair. Ensuite, eh bien je la lance en priant pour que ça marche.

 

J’ai remarqué que la police de caractères Hook (qui, soit dit en passant, me fascine) a été inspirée par le « hook » ou crochet d’une chanson. J’ai aussi regardé ta page Instagram et il est évident que tu adores la musique. Quel rôle joue-t-elle dans ton processus de conception ?

 

JM : Eh bien, pour moi, avant même de commencer à travailler dans la conception de caractères, j’ai découvert que je ne peux vraiment pas travailler sur un projet sans écouter de la musique. Je ne peux pas travailler correctement sans musique. J’ai l’habitude d’avoir un certain album que j’écoute, ou une playlist avec laquelle je travaille. J’attribue une playlist à chaque projet, et je l’utilise pour maintenir ma productivité tout en travaillant sur ce projet spécifique.

J’aime la musique, surtout pour ce qu'elle me fait ressentir ; les paroles, la mélodie et l’histoire des artistes, tout ça joue un rôle. Mais le plus important pour moi, c'est ce qu'elle me fait ressentir et comment je réagis à elle. Je ne peux pas vraiment l’expliquer, mais c’est ce qui libère mon imagination. Et c'est pour moi la meilleure des inspirations que de transformer quelque chose d’abstrait en quelque chose de plus concret et plus visuel.


hook-typeface-jo-malinis-img-02

 

J’aime la façon dont tu utilises ton travail pour aider ta communauté. J’ai écrit sur Salbabida Sans avant, mais peux-tu en dire un peu plus à notre public sur cette police de caractères avec tes propres mots : comment elle est née, et l’impact qu’elle t'a permis d’avoir ?

JM : Salbabida Sans est un projet sur lequel j’ai travaillé en... en fait j’ai oublié la date ! - Je pense que c'est en novembre dernier, après les deux super typhons qui ont frappé les Philippines et dévasté la vie de beaucoup de gens Parmi eux se trouvaient mes amis Pau et Dyam de Bad Student Press, une imprimerie spécialisée dans l’impression en risographie ici aux Philippines. C’est la seule imprimerie spécialisée dans l’impression en riso ici qui se concentre sur les tirages artistiques. En fait, ils ont tellement soutenu la communauté en collaborant avec différents concepteurs, et leur impact sur l’ensemble de la communauté et en particulier la communauté des concepteurs a été énorme. Donc, quand cela leur est arrivé, ce n’était pas seulement un coup dur pour eux, mais pour tout le monde.

Quand j’ai vu mes amis essayer de recueillir des fonds pour se remettre sur pied, j'ai voulu faire quelque chose aussi. Beaucoup de mes amis vendent leurs tirages et leurs œuvres d’art, mais je n’avais aucune de ces choses à l’époque parce que je ne travaille généralement pas avec des tirages. Donc, je voulais créer quelque chose qui était très naturel pour moi (comme une police de caractères), le vendre, et donner tous les profits à Bad Student Press par la suite.

Les premières formes de Salbabida Sans étaient en fait des trucs que j’expérimentais depuis un moment. Mes premiers dessins des lettres existaient bien avant, mais quand ce typhon a frappé, c'est là que j'ai complété tous les caractères et donné vie à la police de caractères.

Le nom est en fait venu après parce que je ne suis pas une bonne rédactrice, ou un bon écrivain en général. J’ai demandé l’aide de mes amis. Je leur ai juste dit, « Oh, je veux un nom pour la police qui évoque la façon dont les formes sont comme des canots de sauvetage, des gilets de sauvetage, et des bouées gonflables. » Et un de mes amis a suggéré le nom Salbabida, et on l'a adopté. 

salbabida-sans-typeface-jo-malinis-img-03


En Juillet 2020, tu as lancé Type63, une initiative fantastique pour faire connaître le travail incroyable et souvent négligé des concepteurs de caractères philippins. Peux-tu me parler un peu de ce qui t'a inspirée à lancer Type63 ?

JM : Eh bien, j’ai dit que je suis arrivée dans la conception de caractères par accident. Ici, aux Philippines, il n’y a pas de programmes qui mettent l’accent sur la typographie, et donc toutes mes connaissances provenaient de mes recherches en ligne. Quand j'ai commencé à plus m'intéresser à la conception de caractères, la principale difficulté pour moi a été de trouver des gens avec qui en parler, surtout localement. Je n’ai connu que quelques personnes parce qu’ils étaient des amis d’amis. Mais à part eux, je ne connaissais personne. Et j’avais l’impression que c’était un peu impossible. Je ne pense pas être le seul à travailler sur la typographie dans tout le pays.

Ce qui n’a pas non plus aidé, c'est que lorsque je recherchais des travaux de conception de caractères en ligne, je tombais rarement sur des travaux effectués par des concepteurs philippins.

Puis, je suis tombée sur le compte Instagram de FEMME TYPE et j’ai vu comment ils mettaient en vedette des femmes typographes et des femmes conceptrices qui se concentraient sur la typographie. Et c’est ce qui m’a fait me dire, « Oh, si seulement on avait quelque chose comme ça ».

Quand j’en ai parlé à un de mes amis, il m’a dit, pourquoi tu ne lances pas ça toi-même ?

Je n’avais jamais pensé que c’était possible. Mais vraiment, il suffit d’avoir quelqu’un dans votre communauté pour le lancer. Et j’ai l’impression que c’était mon rôle à l’époque. J'ai juste créé un compte Instagram parce que c’était facile, tu sais, en gros c'est juste se connecter avec une adresse e-mail et créer un compte. Puis j'ai prié pour que ça marche.

La réponse a été incroyable, et depuis ça continue.

As-tu des héros de la conception qui t'inspirent ?

JM : Localement, il y a mon mentor. Son nom est Dan Matutina. C'est aussi mon patron au studio de conception avec lequel je travaille appelé Plus63 Design. C'est un illustrateur et graphiste incroyable qui a également reçu un prix Young Guns. Je l'admire non seulement parce qu’il est incroyable dans ce qu’il fait, mais aussi parce qu’il est très généreux avec son temps et ses connaissances. Cela a eu un impact énorme sur ma croissance en tant que conceptrice.

C’est pour la même raison que j'admire aussi un autre concepteur appelé Felix Ng. Il est singapourien et il a cofondé un studio appelé Made By Anonymous basé à Singapour.


Felix et Dan sont tous deux de très grands concepteurs et très, très généreux avec toutes leurs connaissances et leurs ressources.


En ce qui concerne la conception de caractères, j'admire vraiment les fonderies Klim Type Foundry, Grilli Type et Ohno Type Co.

 

Tu enseignes la conception au Diliman College of Fine Arts de l'Université des Philippines. Quelle est ton approche de l’enseignement ?

JM : J’aimerais être en mesure d’offrir un mentorat rapproché à mes élèves où je comprends quelles sont leurs forces et je les aide à les exploiter pour s'améliorer. C’est juste un peu difficile de le faire maintenant avec la pandémie, quand tout est en ligne. Mais j’essaie et j’espère que cela fonctionne.

Beaucoup de nos clients sont des graphistes, donc nous savons combien il est important de trouver la « bonne » police. Avant ou après avoir commencé à concevoir des polices de caractères, as-tu déjà eu un projet créatif où trouver la bonne police était un élément crucial ?

JM : Je ne peux pas penser à un projet spécifique parce que j’ai l’impression qu’ils reposent tous fortement sur le ton que donnent les polices de caractères. Comme je travaille beaucoup sur des projets d’identité de marque, il est très important de trouver la bonne police de caractères qui puisse donner le bon ton pour la marque, car ce sera ce que le public verra en premier. Surtout pour les projets de logo qui ne reposent vraiment que sur les polices de caractères, comme les logos sans icônes ou les marques qui reposent vraiment sur la typographie, il est toujours crucial de les jumeler avec les bonnes polices de caractères.

Sur quoi travailles-tu en ce moment et quels sont tes prochains projets ?

JM : En ce moment, j’essaie de terminer une police de caractères en cours appelée Terno. Elle est basée sur une robe traditionnelle ici aux Philippines qui a des manches papillon accentuées et je veux essayer de représenter ça dans la police. Donc, je travaille là-dessus en ce moment et j’espère que ce sera fini dans l’année.

terno-typeface-jo-malinis-img-04

Si tu disposais de 60 minutes supplémentaires dans la semaine, que ferais-tu de ce temps libre ?


Honnêtement, dormir. J’ai l’impression que même si on travaille à la maison pendant cette pandémie, c’est la seule chose que j’ai encore du mal à faire. Donc, si j’avais une heure de plus dans ma vie, je le consacrerais vraiment au sommeil.

As-tu une police préférée entre toutes ?

C’est bien d'avoir précisé « entre toutes » parce que j’ai l’impression que ma police de caractères préférée varie toujours selon les saisons. Mais il y en a deux qui reviennent toujours... Newzald et National par Klim Type Foundry.


Elles ont une place spéciale dans mon cœur parce que ce sont les polices qui m’ont fait découvrir le monde des fonderies typographiques. Et quand j’ai découvert les fonderies typographiques, j’ai pu comprendre le processus de création à travers les billets de blog de ces fonderies. Ce fut très révélateur pour moi, et ces polices ont aussi eu une influence sur mes propres créations de polices de caractères. Elles font partie de mes plus grandes inspirations.

 

calendar-jo-malinis-img-05

Si vous collectez des polices pour votre travail de conception, il est essentiel d'avoir une collection bien organisée et facilement accessible afin de pouvoir toujours trouver celle dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L’utilisation d’un gestionnaire de polices peut vous redonner le contrôle de votre collection de polices, afin que vous soyez prêt lorsque l’inspiration frappe.