Polices de caractères : Les bonnes pratiques sous Mac OS Mojave

May 22, 2019 3:02:27 PM
5 min de lecture

Le 15 mai dernier, Jean-Michel Laurent, Country Manager France chez Extensis, prenait la parole lors du salon Command IT, première conférence francophone dédiée aux administrateurs et consultants Apple. L’occasion de revenir sur les bonnes pratiques liées aux polices de caractères sous Mac OS Mojave.

JM_Laurent

Les polices obligatoires

Un certain nombre de polices, installées d’office sur les machines Mac, sont requises par le système d’exploitation Mac OS Mojave pour fonctionner correctement. Il est donc conseillé de les conserver pour éviter des désagréments.

C’est notamment le cas des polices Core Web, créés en 1996 par Microsoft : une collection de polices accessibles gratuitement et destinées à fonder une norme pour les sites Internet. Les sites récents évoluent vers des polices Internet, mais de nombreux sites utilisent encore ces polices de base pour afficher correctement les textes.

polices_requises

Attention, Safari d’Apple et Google Chrome rencontrent des problèmes pour utiliser des polices qui ne sont pas présentes dans les dossiers de polices du système d’exploitation. Les deux applications utilisent un « bac à sable » (sandboxing) qui limite les ressources système utilisables. Si vous utilisez l’un de ces deux navigateurs, songez à conserver les polices Core Web dans Bibliothèque/Polices/ (/Library/Fonts/).

Les applications Microsoft Office 2016 sont protégées par ce bac à sable. Office 2016 n’installe plus les polices dans le système d’exploitation. À la place, chaque application stocke des copies de ses propres polices dans son package applicatif.

Polices de caractères et Office 2016

Les applications Office 2016 peuvent utiliser des polices que vous activez dans le gestionnaire de polices, cependant une fenêtre vous invitera alors à saisir votre nom d’utilisateur et votre mot de passe pour les utiliser. Si vous devez impérativement et périodiquement utiliser des polices avec Microsoft Word et Excel, vous devez en laisser des copies dans Bibliothèque/Polices/ (/Library/Fonts/).

Si vous voulez ajouter des copies des polices Office à votre gestionnaire de polices :

  1. Sélectionnez une application Office 2016 dans le Finder


  2. Cliquez - touche Ctrl sur l’application et sélectionnez Afficher contenu du package à partir du menu déroulant ; le dossier de l’application s’ouvrira comme un dossier normal


  3. Aller à Contents/ressources/ dans le dossier de l’application


  4. Maintenez enfoncée la touche Alt et faites glisser une copie du dossier Fonts vers votre dossier de Polices facultatives (Optional Fonts)

Polices de caractères et Adobe Creative Cloud

 Adobe Creative Cloud n’installe plus de polices dans vos dossiers système. Creative Cloud utilise les polices Adobe Fonts (précédemment connues comme TypeKit).

Adobe Creative Suite 6 n’est pas pris en charge par les récentes versions de macOS, mais la désinstallation de Creative Suite 6 peut avoir laissée des polices dans Bibliothèque/Polices/(Library/Fonts/)

 Attention : Adobe a pris l’habitude d’effacer les polices pré-existantes lors de l’installation d’une nouvelle version. Celles-ci, riches en fontes et en glyphes, ont pourtant de belles qualités et méritent d’être conservées. Pour cela, il est conseillé de les exporter et de les installer sur le système.

 Polices en conflit avec celles de MacOS

Certaines des polices fournies par Mac OS portent des noms PostScript qui entrent en conflit avec d’autres polices communément utilisées. Vous pouvez en supprimer la plupart à partir du système d’exploitation, sans que cela pose problème.

Remarque : vous pouvez supprimer certaines de ces polices si vous travaillez en prépresse et que vous devez utiliser d’autres versions. Vous pouvez supprimer Courier.dfont, Geneva.dfont, Monaco.dfont, Symbol.ttf, and Times.dfont à partir de /Système/Bibliothèque/Polices/ (System/Library/Fonts) mais vous devez les remplacer par la version que vous souhaitez utiliser.

Helvetica.dfont et HelveticaNeue.dfont sont des polices protégées dans macOS Sierra : si vous les supprimez, le Mac OS les restaure automatiquement.

Il peut être difficile de supprimer des polices de /Système/Bibliothèque/Polices/ (/System/Library/Fonts/) avec les versions récentes de Mac OS. La Protection de l’intégrité du système empêche les utilisateurs Administrateurs (y compris le compte racine) de déplacer les polices en dehors des dossiers systèmes protégés. Si vous voulez supprimer des polices indésirables des dossiers protégés, vous devez désactiver la Protection de l’intégrité du système, supprimer les polices, ensuite réactiver la Protection de l’intégrité du système. 

Analyse des polices avec le livre des polices

De nombreuses polices peuvent être corrompues : celles-ci ne s’affichent alors pas correctement et peuvent engendrer des problèmes de fluidité, voire de compatibilité avec le système. Lorsque l’on travaille avec de nombreuses polices, il est donc nécessaire de les valider.

Pour cela, Mac OS comprend le Livre des polices, un utilitaire basique de gestion des polices. Le Livre des polices installe les polices dans le système d’exploitation et active et désactive les polices. Il lui manque des fonctions pour grouper les polices dans des jeux, pour ajouter des informations client à vos polices et pour auto-activer des polices.

Le Livre des polices peut vérifier certains problèmes courants des polices. Il signale également si une police est un doublon d’une police installée dans le système.

  1. Ouvrez le Livre des polices
  2. Sélectionnez Fichier > Valider fichier (File > Validate File)
  3. Sélectionnez un ou plusieurs fichiers de polices à analyser, puis cliquez sur Ouvrir

 Où télécharger des polices de caractères ?

Les polices de caractères sont des œuvres d’art, au même titre que les images : celles-ci sont donc soumises à des droits, mais également à des licences. Malgré l’idée reçue consistant à penser que tout ce qui se trouve sur Internet est gratuit, les polices à usage commercial doivent être achetées.

Leur prix peut varier en fonction de leurs caractéristiques techniques : une police à usage exclusif pour une marque sera plus onéreuse, notamment si elle inclut des caractères spéciaux ou si elle doit être traduite dans différentes langues. Par exemple, la police de caractères Futura, créée pour Louis Vuitton, a coûté 250 000 € à la marque : celle-ci comprenait une licence d’usage exclusif, une traduction dans toutes les langues ainsi que le monogramme Louis Vuitton.

Font Space propose plus de 35 000 polices de caractères téléchargeables gratuitement créées par plus de 2 000 designers, ce qui en fait l’un des référentiels les plus intéressants si vous recherchez avant tout des typographies gratuites pour vos projets personnels.

Font Squirrel est le meilleur endroit où trouver des typographies téléchargeables à usage commercial, faisant de ce site l’un des meilleurs en matière de polices gratuites pour la réalisation de projets commerciaux. En effet, les caractères sont déjà triés par la rédaction en fonction de cette licence ! Et cerise sur le gâteau, la sélection de typographies est proposée dans une qualité optimale.

Les risques liés à l’usage illégal de polices de caractères

L’erreur à éviter est paradoxalement le réflexe de nombreux utilisateurs : Dafont. En effet, si le site recense de nombreuses polices, la plupart d’entre elles sont en réalité des « dupes » c’est-à-dire des copies illégales et gratuites. Ces versions low-cost des polices de caractères payantes s’obtiennent au prix de glyphes manquants et de licences de fontes non respectées. En effet, chaque police de caractères a sa propre licence d’utilisation régulant l’usage selon les langues, les pays, le type de support ou encore le nombre de postes sur laquelle elle est installée… Et leur non-respect peut donner lieu à des poursuites judiciaires.

C’est notamment le cas du logo Hadopi, qui utilisait frauduleusement une police de caractères à usage exclusif de France Télécom… Une position ironique pour la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, qui lui a coûté aussi cher financièrement qu’en termes d’image. Pour éviter cela, mieux vaut utiliser un logiciel pour gérer les licences de fontes et s’assurer d’être en bonne conformité.

Vous pourrez retrouver cette intervention en vidéo très prochainement sur le site dédié au Salon Command IT.

S'abonner